Si vous n’avez jamais écouté le célèbre discours que Steve Jobs a prononcé devant les étudiants de l’Université de Stanford lors de la remise des diplômes le 12 juin 2005, c’est le moment !

Un discours inspiré et inspirant dont voici ci-dessous la vidéo complète, suivie de la retranscription de quelques extraits marquants.

Ayez confiance en vous et dans la vie

“Je suis allé à l’université. (…) Après six mois, je n’en voyais pas les bienfaits. Je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire de ma vie, et aucune idée de comment l’université allait m’aider à trouver ma voie. Et là, je dépensais tout l’argent que mes parents avaient économisé durant leur vie entière. J’ai donc décidé de laisser tomber et cru que tout irait pour le mieux. C’était assez effrayant à l’époque, mais en regardant en arrière c’était la meilleure décision que j’ai jamais prise. À la minute où j’ai laissé tomber, j’ai pu arrêter de suivre les cours obligatoires qui ne m’intéressaient pas, et pu suivre ceux qui semblaient intéressants. (…) Et ce que j’ai découvert en suivant ma curiosité et mon intuition s’est révélé inestimable par la suite.”

Trouvez ce que vous aimez faire

“Nous venions de sortir notre plus belle création – le Macintosh – une année plus tôt et je venais d’avoir 30 ans. Et ensuite, je me suis fait virer. Comment pouvez-vous vous faire virer d’une société que vous avez créée ? Donc à 30 ans j’étais dehors. Et publiquement hors-jeu. Ce qui avait été l’objet de toute ma vie d’adulte avait disparu, et ça a été dévastateur. J’avais été éconduit, mais j’étais toujours amoureux. C’est alors que j’ai décidé de recommencer.

(…) Je ne l’avais pas vu alors, mais il s’est avéré que me faire virer d’Apple fut la meilleure chose qu’il ait pu m’arriver. (…) Cela m’a donné la liberté d’entrer dans la période la plus créative de ma vie. (…) Je suis plutôt certain que rien de tout cela ne serait arrivé si je n’avais pas été viré d’Apple. Ce fût un médicament au goût horrible, mais j’imagine que le patient en avait besoin. Parfois, la vie vous frappe la tête avec une brique. Ne perdez pas la foi. Je suis convaincu que l’unique chose qui m’a fait tenir, était que j’aimais ce que je faisais. Vous devez trouver ce que vous aimez. Et ce qui est vrai pour votre travail, l’est aussi pour vos amours. Votre travail va remplir une large partie de votre vie, et l’unique façon d’être vraiment satisfait est de faire ce que vous croyez être du bon travail. Et l’unique façon de faire du bon travail est d’aimer ce que vous faites. Si vous n’avez pas encore trouvé, continuez à chercher. Ne laissez pas tomber. Comme toutes les questions de cœur, vous saurez quand vous aurez trouvé.

Et, comme toute grande histoire d’amour, c’est de mieux en mieux au fil des années. Alors continuez à chercher jusqu’à ce que vous trouviez. Ne laissez pas tomber.”

Votre temps est limité, ayez le courage de suivre votre cœur

“Quand j’avais 17 ans, j’ai lu une citation qui disait quelque chose comme : “Si vous vivez chaque jour comme si c’était votre dernier, un jour vous aurez très certainement raison.” Ça m’a impressionné, et depuis lors, pour les 33 années passées, j’ai regardé dans le miroir chaque jour et me suis demandé : “Si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, aurais-je envie de faire ce que je suis sur le point de faire aujourd’hui ?” Et quand la réponse avait été “Non” pendant de trop nombreux jours, je savais que j’avais besoin de changer quelque chose.

Se souvenir que je serai bientôt mort est l’outil le plus important que j’ai jamais connu pour m’aider à faire des choix importants dans ma vie. Parce que presque tout – toutes attentes externes, tout orgueil, toutes craintes de l’embarras ou de l’échec – toutes ces choses s’éloignent face à la mort, laissant seulement ce qui est vraiment important. Se souvenir que vous allez mourir est le meilleur moyen que je connaisse pour éviter de tomber dans le piège de croire que vous avez quelque chose à perdre. Vous êtes déjà nu. Il n’y a aucune raison de ne pas suivre votre cœur.

Personne ne veut mourir. Même les gens qui veulent aller au paradis ne veulent pas mourir pour y arriver. Et pourtant la mort est la destination que nous partageons tous. Personne ne s’en est jamais échappé. Et c’est comme il se doit, car la mort est très probablement la meilleure invention de la vie. C’est l’agent du changement dans la vie. Elle efface l’ancien pour faire place au nouveau.

Votre temps est limité, alors ne le gaspillez pas en vivant la vie de quelqu’un d’autre. Ne soyez pas piégés par le dogme – ce qui revient à vivre selon le résultat de la pensée d’autrui. Ne laissez pas le bruit de l’opinion des autres étouffer votre voix intérieure. Et le plus important, ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. Ils savent déjà ce que vous voulez vraiment devenir. Tout le reste est secondaire.”