Changer notre vision du monde est la clé pour changer le monde. Tel est le message que ce film, véritable road-movie sur trois continents, nous invite à considérer à travers le voyage initiatique de deux amis d’enfance. En quête du sens de la vie, Marc de la Ménardière et Nathanaël Coste partent à la rencontre de penseurs, chamanes et scientifiques renommés avec des questions plein le sac à dos et la fraîcheur de leur jeunesse. Ils nous livrent un film profond, spontané qui booste et remue le cœur. A découvrir absolument !

Le début de l’aventure

Tout a commencé en 2008 à New York, le jour où Nathanaël, réalisateur de films environnementaux, décide de rendre visite à son ami Marc qu’il n’a pas revu depuis dix ans. Ce dernier est très occupé à vivre le top du rêve américain ! Salarié reconnu et bien payé d’une multinationale, il vend l’eau des Alpes en tant que produit de luxe à Manhattan… jusqu’au jour où il se casse le pied. Cloué au lit pendant deux mois, Marc décide de regarder la série de documentaires laissé par Nathanaël sur la marchandisation du monde. Cette découverte remet toute sa vie en question. Comprenant qu’il participe par son mode de vie au problème qui génère la crise actuelle du monde, il quitte son job et rejoint Nathanaël en Inde avec un projet : réaliser un documentaire sur les solutions et les alternatives à la crise que traverse aujourd’hui notre société.

La connaissance de soi pour un changement en profondeur

“Les croyances qui ont fondé notre civilisation sont obsolètes… Si tu changes tes croyances, tu manifestes un nouveau monde” explique le biologiste Bruce Lipton. Jusqu’ici la religion, la politique, la science et la société de consommation ont répondu à notre place aux questions existentielles : Qui suis-je ? D’où viens-je ? Comment réussir ma vie ? Des réponses toutes faites à ce questionnement essentiel ont formaté notre mode de pensée individuel et collectif en une pensée unique qui a conditionné notre vision du monde. Tout en apportant une vraie dimension spirituelle, le documentaire insiste sur l’importance de se connaître, de trouver nos propres réponses en dehors de toutes institutions, ainsi que sur le principe de l’interdépendance. Car nous formons un Tout comme le rappelle l’astrophysicien bouddhiste Trinh Xuan Thuan, « Nous sommes interdépendants des étoiles et du cosmos ». Marc et Nathanaël ont compris qu’un changement profond de civilisation est en marche…

Le questionnement, vrai moteur du film

À partir des questions écologiques, Marc et Nathanaël vont découvrir une nouvelle vision du monde, de nouveaux modes de vie faits de sagesse et de bon sens. « Se penser comme des consommateurs fait partie du problème ; retrouver notre identité de créateur et de producteur fait partie de la solution » soutient Vandana Shiva, l’une des grandes figures de l’altermondialisme. Le film nous permet de suivre le fil de la remise en question entrepris par Marc auquel on s’identifie rapidement. À travers les rencontres successives avec des sages de notre temps, on retrouve l’importance du rapport à la nature et celui d’être connecté à elle pour notre équilibre personnel et celui du monde. Ce début de cheminement soulève de nouveaux « pourquoi » car « le risque était de retomber dans les vieilles recettes sans parvenir à créer quelque chose de radicalement différent » raconte Nathanaël. Les deux amis souhaitent aller plus loin. Ils poursuivent leur périple en Amérique du Sud puis aux États-Unis pour approfondir la question de la connaissance de soi. Ils s’inspirent ainsi des philosophes grecs qui jugeaient « qu’avant de vouloir réformer le monde, il faut commencer par se connaitre et se réformer soi-même ».

Le succès du film confirme le changement en cours

Seulement 6 mois après sa sortie dans les salles françaises, le film a bel et bien trouvé son public avec près de 100 000 spectateurs. Pourtant, trop en dehors des cases de l’information traditionnelle, le documentaire n’a pas trouvé sa place sur les chaînes de télévision… Il a été produit et distribué de façon indépendante grâce au crowfunding et au soutien de 963 coproducteurs. Il a récolté ainsi près de 40 000€, soit trois fois plus que le montant espéré !

La diffusion du film s’est largement épanouie par les voies alternatives grâce à l’enthousiasme de milliers de personnes engagées à construire une nouvelle vision du monde. Comme le rappelle Nathanaël « quand on se met en chemin avec conviction et abnégation, on arrive forcément à quelque chose ».

Et le voyage ne semble pas terminé pour ce film… puisque la diffusion se poursuit à l’étranger avec un très bel accueil du public.

Puisse « En Quête de Sens » continuer à soulever autant de questions enrichissantes et d’aspiration au changement chez les spectateurs qu’il en offre tout au long du film !

Pourquoi avoir voulu faire ce film ?

Nathanaël : Nous étions tous les deux en transition dans nos vies, vous savez quand on sent qu’il faut réaligner ses actions avec ses convictions profondes. On ressentait cet appel de la route et cette conviction qu’ensemble il y avait quelque chose à faire. En commençant à filmer, je n’aurais jamais imaginé faire un long métrage pour le cinéma, comme quoi il ne faut douter de rien. C’est en rentrant d’Inde et en regardant les rushes, notamment ceux de Vandana Shiva et de Satish Kumar qu’on s’est rendu compte que l’on avait mis le doigt sur des messages tellement profonds qu’il allait falloir continuer à creuser et aller au bout de l’aventure. On a donc acheté une meilleure caméra, repris la route et on a continué à rassembler les messages de sagesse en Amérique puis en Europe au gré des rencontres, qu’elles soient fortuites ou provoquées.

D’où peut venir le changement ?

Marc : Comme le dit Bruce Lipton dans le film, citant Einstein, « on ne peut pas résoudre un problème avec le même niveau de conscience que celui qui a créé le problème ». La première étape du changement consiste donc à prendre conscience que les crises actuelles découlent de notre manière de voir le monde. Pour nos interviewés, notre civilisation occidentale s’est construite depuis 200 ans sur une vision matérialiste et mécaniste du monde. Cette vision a séparé l’homme de la nature, le corps de l’esprit, et nié la dimension intérieure et le mystère de la vie. Elle a érigé la compétition comme une loi naturelle, l’avidité comme une qualité bénéfique à l’économie, l’accumulation de biens matériels comme finalité de l’existence… C’est en questionnant ces dogmes, leur véracité et leurs conséquences qu’une métamorphose individuelle et sociétale devient possible !

A la fin du film, Satish Kumar livre ce conseil à la jeunesse : « En quittant l’Université, ne cherchez pas un emploi, créez-en un ! ». Avec l’expérience d’En Quête de Sens, êtes-vous sur la voie de créer le vôtre ?

Nathanaël : Cette citation inspire énormément la jeunesse en recherche de neuf et de logiques vertueuses. Elle n’est pas arrivée à la fin du film par hasard ! A notre niveau, nous allons continuer à œuvrer avec l’association Kamea Meah pour accompagner d’autres films et d’autres réalisateurs, pourquoi pas jusqu’à la sortie en salles de films hors circuit. Quant à savoir si ce sera notre seul emploi, ce n’est pas sûr… La curiosité nous pousse à vouloir multiplier les expériences. Ce qui est certain c’est que la sortie du film, fruit d’un long travail de 4 ans et demi ouvre à un nouveau cycle et à de nouvelles opportunités.

Pour en savoir plus sur le film « En Quête de Sens » :

http://enquetedesens-lefilm.com/

Autoproduit et distribué par Kamea Meah, sur un modèle associatif. Au cinéma depuis le 28 janvier 2015 – Avec Vandana Shiva, Satish Kumar, Hervé Kempf, Frédéric Lenoir, Marianne Sébastien, Trinh Xuan Thuan, Pierre Rabhi…

Pour voir le film au cinéma :

http://enquetedesens-lefilm.com/projections/

Le DVD « En Quête de Sens » sortira à l’automne 2015… Pour pré-commander le DVD :

http://enquetedesens-lefilm.com/soutenez-le-projet-en-quete-de-sens/

Pour découvrir d’autres films et conférences dédiées à la prise de conscience collective :

Voici la liste des documentaires laissés par Nathanaël à Marc lors de son passage à New-York, ces vidéos qui lui ont ouvert les yeux et l’ont poussé à quitter sa situation confortable pour partir à la rencontre des alternatives : “The Century of Self”, “Food, inc”, “Flow”, “Le Monde selon Monsanto”, “The Corporation”, “Let’s Make Money”, “Life running out of Control”, “Quest for the lost civilisation”, “Story of stuff” et “The Corporation”.

Et pour encore plus de ressources, le site “Preuves par Images” propose plus de 300 documentaires sur ce sujet.