Musicien, chanteur, compositeur, Barrueco est l’exemple même de l’artiste porteur de sens. Ses chansons empreintes de poésie, ses paroles engagées inspirent un monde meilleur et dénoncent en douceur les travers de la société. La tête dans les étoiles, mais les pieds sur terre, Wilfried Barrueco prouve que vivre de son art et être intègre, c’est possible !

La musique a-t’elle toujours été ta voie ?

Wilfried Barrueco : « À 18 ans, alors que j’animais une colonie de vacances, j’ai rencontré un ami capable de captiver 200 enfants avec une guitare. Fasciné, j’ai appris quelques accords et j’ai commencé à jouer de plus en plus… Mais, c’est à 30 ans que je me suis vraiment lancé dans la musique pour en faire mon métier.

À l’époque, je travaillais en tant que commercial pour un village de vacances… Parmi mes amis déjà, nombreux étaient les intermittents du spectacle qui vivaient de la musique. Je souhaitais en faire autant, mais en pensant que je n’y arriverais jamais ! Tout est parti de là… Ma volonté de vivre de la musique a grandi en moi de plus en plus fort, jusqu’au jour où je suis allé voir mon patron pour lui annoncer que je démissionnais.

Cet homme extraordinaire savait déjà que les choses finiraient par se dérouler ainsi. J’ai donc quitté ce travail, je me suis acheté une guitare ainsi qu’une petite sono et j’ai commencé à chanter dans les bars et les restaurants… Le résultat était mauvais… mais j’ai énormément progressé en l’espace d’une dizaine d’années…

Très vite, j’ai rencontré une chanteuse, Rose. Ensemble, nous avons constitué le duo Rose et Willy. Ce duo de reprises de chansons existe depuis 13 ans et m’a permis de vivre rapidement de la musique. Et surtout, il m’a offert le temps d’écrire ma propre musique.”

Qu’est-ce qui inspire ta propre musique ?

« Dès que j’ai arrêté de travailler, j’ai commencé à écrire mes propres chansons. Une place nouvelle avait été faite dans ma tête, mentalement j’étais disponible. L’élément déclencheur a été le décès soudain de mon oncle. Tout de suite, j’ai voulu écrire une chanson sur cet événement. Puis, j’en ai écrit d’autres… J’ai réalisé un premier album de 10 titres en quelques mois, de l’écriture à la production, en passant par l’enregistrement. Il est touchant ce premier disque « Et puis après…». Ce n’était que le début…

Ensuite, j’ai dû me débarrasser de mes influences musicales de base… Jean-Jacques Goldman, Francis Cabrel… Lorsque l’on est artiste, nous n’avons pas à livrer ce qui a déjà été fait, nous devons exprimer ce qui est au fond de nous, en nous trouvant nous-mêmes. Ainsi, l’évolution de ma musique a vraiment accompagné mon évolution d’homme… Même ma voix a beaucoup évolué en 13 ans…

Dans mes textes, j’aime parler de l’humain et de son potentiel, de ce qu’il est capable de créer et d’être. Je mets aussi ses travers en exergue, mais je veux surtout que le message d’une chanson soit le plus positif possible.

Par exemple, je parle souvent d’amour. Pour autant, je n’aborde pas vraiment l’amour des couples parce que celui-ci est rarement décrit comme vertueux, mais davantage comme un affect dont sont dépendants les acteurs de ce couple.

Assez vite, j’ai découvert une idée de l’amour qui est en décalage avec ce qui se chante et se pratique habituellement. Car il est impossible pour moi de chanter le refrain « Reviens, parce que sans toi, je ne suis rien » ou bien « je t’aime, moi non plus » !

Mon travail est de faire circuler une autre idée de l’amour, plus universelle… et d’accompagner cette idée vers le grand public. Tout en divertissant, j’ai les atouts pour parler d’amour avec des mots simples et poétiques. »

Prévois-tu bientôt la sortie d’un nouveau disque ?

« Mon prochain projet est de réaliser un disque symphonique. Cela signifie d’enregistrer tout un album avec un orchestre de 80 musiciens ! Ce que nous avons réalisé avec le spectacle Racine de Vie nous a ouvert les portes pour ce futur projet, grâce à une rencontre avec le directeur de l’école de musique de Thônes, qui est aussi le chef d’orchestre de l’orchestre symphonique des Alpes ».

Un projet beau et ambitieux à suivre dans le cours de l’année 2017, et qui sera très certainement accompagné d’un spectacle à la hauteur !

Ainsi, loin des clichés de l’artiste sans le sou ou vendu au système du show business, Barrueco trace sa route avec confiance… Pour se laisser inspirer par ses chansons porteuses de sens, ses albums sont à écouter en boucle ! Mais il est aussi un artiste excellent à découvrir sur scène prochainement en Haute-Savoie, Savoie et sur Paris !