A l’origine créées pour une utilisation nomade par les peuples d’Asie centrale qui sont les inventeurs historiques de ces habitats ronds, les yourtes « traditionnelles » sont adaptées au mode de vie, au climat, aux ressources locales… d’Asie !

En France, des constructeurs ont adapté ces yourtes traditionnelles à l’usage, à la situation géographique et aux goûts des Européens pour obtenir des habitats écologiques, très confortables, lumineux, spacieux et solides appelés yourtes « contemporaines ».

Cependant, la plupart d’entre nous conservons cette image de la yourte « traditionnelle » qui n’est pas adaptée à notre mode de vie européen, accompagnant cette image de nombreux préjugés !

Voici 5 clichés que nous avons sur les yourtes, nous empêchant de nous ouvrir à cette forme d’habitation renouvelée :

  • C’est trop petit !

Beaucoup pensent encore que les yourtes sont trop petites pour y vivre en famille. Pourtant, des entreprises telles La Maison Voyageuse construisent des yourtes contemporaines pouvant atteindre une superficie de 90 m² au sol pour un diamètre de 10m70.

Le toono peut culminer jusqu’à 4,90 mètres du sol et les murs peuvent s’élever jusqu’à 2,60 mètres de hauteur.

À cela, certains constructeurs proposent d’ajouter une mezzanine pour augmenter la surface habitable, ainsi que des pièces distinctes (chambres, salle de bain…). Par exemple, une yourte de 90 m2 au sol aura une mezzanine de 40 m² environ, soit 130 m² de plancher et une surface habitable de 110 m² (hauteur supérieure à 1m80).

L’ensemble crée un espace spacieux et harmonieux. En effet, l’espace rond facilite une sensation de bien-être grâce aux énergies qui y circulent mieux qu’ailleurs.

À noter : Les yourtes de plus de 50 m² destinées à l’habitation peuvent respecter la Réglementation Thermique 2012 et ainsi obtenir un permis de construire. Ce respect de la norme est un gage de qualité puisqu’il vise à limiter la consommation d’énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50 kWh EP (m²/an) en moyenne.

  • Ce n’est pas solide

Les yourtes contemporaines grâce à leur structure géométrique sont des habitats très solides pouvant supporter des épaisseurs de neige importantes et résister à des vents violents. Le travail de conception des différentes pièces constituant la yourte (toono, perche, treillis, plancher) est très important. La conception nécessite une grande précision et des compétences transversales dans plusieurs techniques de fabrication : mécanique, charpente et menuiserie.

Rien ne peut être laissé au hasard et chaque élément conçu, fabriqué et installé détermine la qualité des yourtes.

  • Ce n’est pas lumineux

En Asie, les yourtes traditionnelles sont dotées d’un toono bouché par un carré de tissu qui peut être ouvert par beau temps et qui représente l’unique point de lumière.

Les yourtes contemporaines conservent ce puits de lumière centrale grâce à un dôme transparent nommé skydome. Mais elles sont aussi dotées de grandes baies vitrées respectant le ratio imposé par la RT 2012 spécifiant que les surfaces vitrées doivent correspondre à 1/6 (minimum) de la surface habitable, soit 12 m² pour une yourte de 70 m².

Ces baies vitrées orientées généralement plein sud permettent de bénéficier des apports solaires tout au long de l’année et créent un espace très lumineux.

Cette luminosité naturelle possède l’avantage de diminuer la consommation d’électricité liée à l’éclairage artificiel. De plus, les apports d’énergie solaire permettent de profiter au maximum de la chaleur naturelle du soleil en hiver et d’économiser de l’énergie sur son chauffage.

  • C’est pour les marginaux

Contrairement aux idées reçues, les habitants des yourtes ne sont pas des marginaux, ni des nomades. En effet, les yourtes contemporaines destinées à l’habitation ne sont généralement pas déplacées ou seulement dans des cas très spéciaux comme un déménagement.

Il s’agit en réalité d’un habitat sédentaire plus que d’une habitation nomade. On y retrouve tout le confort d’une maison classique (chauffage, toilettes, salle de bain, eau chaude, sanitaire, électricité, internet…). Les démarches administratives, les taxes, les normes sont assujetties exactement de la même manière que pour une habitation classique.

C’est pour respecter l’homme et son environnement que des familles ont choisi cet habitat contemporain.

  • Ce n’est pas confortable

La yourte contemporaine, en plus d’être très écologique dans les étapes de construction et d’utilisation, est un habitat très confortable.

Par exemple, les matériaux utilisés pour les yourtes de La Maison Voyageuse sont d’origine française et sont en grande majorité issus de produits naturels ou recyclés. La toiture et les murs sont isolés par une vingtaine de centimètres de laine de mouton d’Auvergne et la structure est réalisée avec du Pin Douglas originaire des départements limitrophes à l’entreprise. Le plancher est quant à lui isolé par une vingtaine de centimètres d’ouate de cellulose.

La toile est en acrylique, fabriquée en France et propose des performances d’étanchéité et une longévité bien plus efficace qu’une toile en coton qu’il faut changer tous les 5 ans contre 15 ans pour les toiles acryliques.

La yourte est un habitat qui respire puisque les matériaux choisis laissent bien passer la vapeur d’eau. La laine de mouton a l’avantage de fixer le formaldéhyde, un composant chimique très toxique et malheureusement très présent dans nos intérieurs.

Du fait de sa position centrale et zénithale, le dôme sur le toit permet une ventilation naturelle très efficace. La ventilation est donc naturelle, aucun système de ventilation mécanique contrôlée n’est installé. Grâce à une isolation très performante, seul un poêle à bois ou à granulés suffit à chauffer la yourte. La forme ronde de la yourte facilite la diffusion de la chaleur.

Alors, cela vous aide-t’il à porter un nouveau regard sur les yourtes ?

 

Loïc Cherigie

Loïc Cherigie

Article écrit par

Loïc est passionné par l’écologie, l’art et l’habitat. Il se forme dans la construction de yourtes contemporaines et d’habitats ronds auprès d’entreprises spécialisées dans ce domaine.

Pour le contacter : cerisier@protonmail.com

En savoir +

Construire en rond – Yourtes, domes, zomes, ker-terre

Evelyne Adam, Olivier Dauch, Jean Soum

Les constructions ici réunies montrent toute la diversité des types d’habitats ronds. En toile et bois, vous ferez connaissance avec un système de yourte certes écologique mais aussi durable, confortable été comme hiver, résolvant une large part des inconvénients de la yourte  » mongole  » sous nos climats humides.

En bois, vous découvrirez les dômes, aux murs bien verticaux recouverts d’une demi-sphère, et les zomes, édifices dont la forme apparemment complexe repose sur une géométrie simple.

En terre, vous serez surpris par la plus simple des bulles bâties, la ker-terre : sur une armature végétale, un petit dôme en terre séchée, architecture organique où la mathématique des formes rondes et les découpes planifiées font place à une construction instinctive.

Après une introduction sur l’histoire, les matériaux et les mises en œuvre, le contexte législatif de la construction dite  » éphémère « , ces quatre habitats alternatifs sont présentés sous la forme de pas à pas détaillés, de manière que vous soyez techniquement conduit pour les reproduire.

Les dimensions des modèles proposés (20 à 30 m2) permettent de  » se faire la main  » sur une petite construction annexe telle que bureau, atelier, espace de jeux, chambre d’amis…, avant d’envisager plus grand.

Nombre de renseignements pratiques vous aideront à bien démarrer et suivre votre chantier.